***"MEILLEUR SPECTACLE" Prix de la critique 2015***

Vania!

Anton Tchekhov

Fauché comme les blés, le professeur Serebriakov débarque avec sa trop jeune épouse dans le domaine familial, pour lequel triment sa fille et son beau-frère Vania. Un retour à la campagne malvenu qui, sous la chape d'un été étouffant, électrise le plat quotidien de l'exploitation.
Auscultation de désirs cruellement inassouvis de femmes et d'hommes qui se débattent comme des insectes sous un verre retourné. Concours rural d'occasions manquées disputé par des destins sans queue ni tête.

Nouvelle traduction et adaptation de Natacha Belova et Christophe Sermet (2014).

Perdu dans le cosmos - la planète terre - l'immense Russie - un domaine agricole - une trop grande maison au cul du monde... un petit monde - enfermé dans l'immensité du vide campagnard et métaphysique - se rate, se frôle, se provoque, comme les animaux singuliers d'un vivarium humain, d'où il n'y a pas d'échappatoire, pas de sortie de secours. Il faudra vivre !

Les cartogrammes incompréhensibles du docteur Astrov répertorient l'érosion du temps qui ravage tout : terre, plantes, bêtes, hommes et amour... Il y est question d'animaux de toutes sortes et d'arbres, de ce qui palpite sous l'écorce et sous la peau, encore un peu... Et de montrer de quel bois on se chauffe, nom de Dieu !

Trois journées éparpillées dans la chaleur d'une fin d'été pas plus sentimentale qu'une autre, mais après laquelle tout sera irrévocablement perdu, gâché, anéanti... Une fin de saison qui pourrait prendre des allures de fin du monde. Monde intime bricolé au fil d'une vie.

Dr. Tchekhov, ne propose aucun remède.